Résultats Ekornes du 1er semestre 2011

Posté le Résultats Ekornes du 1er semestre 2011

Les résultats d'exploitation du groupe Ekornes ont baissé de 4,6% au premier semestre par rapport à 2010. Cependant, le volume record des commandes reçues en juillet donne de bonnes raisons d'être optimiste et aucune réduction de personnel au-delà de la diminution naturelle des effectifs n'est prévue.

Les résultats d'exploitation du groupe Ekornes ont baissé de 4,6% au premier semestre par rapport à 2010. Cependant, le volume record des commandes reçues en juillet donne de bonnes raisons d'être optimiste et aucune réduction de personnel au-delà de la diminution naturelle des effectifs n'est prévue.

Au premier semestre 2011, Ekornes a enregistré des résultats bruts d’exploitation de 1 433 millions de NOK (couronnes norvégiennes), en baisse par rapport à l’année précédente. Le bénéfice d'exploitation a atteint les 204 millions de NOK, contre 283 millions à la même période de 2010.

Les mauvais chiffres du premier semestre sont essentiellement dus aux résultats obtenus au second trimestre. Les produits bruts d'exploitation s’élevaient à 717 millions de NOK au second trimestre 2010, contre 650 millions au second trimestre de cette année, et le bénéfice d'exploitation avait atteint les 136 millions de NOK alors que cette année, sur la même période, il a presque été divisé par deux pour s’établir à 70 millions. Les prises de commandes sur les six premiers mois de 2011 ont diminué de 3,5% par rapport à la même période de 2010. Là encore, la baisse s’est surtout fait sentir au second trimestre.

« Nos résultats du second trimestre sont loin d'être satisfaisants. Mais ils sont derrière nous à présent et dans les semaines à venir, nous consacrerons nos efforts à améliorer nos performances, » explique Øyvind Tørlen, conforté par plusieurs signaux positifs. « Le volume des commandes reçues en juillet a progressé de 11% par rapport à juillet 2010. En fait, c'est le mois de juillet le plus haut jamais enregistré. Ces fortes variations reflètent la profonde incertitude qui règne actuellement sur les marchés. »